ALGIERS-President of the Republic Abdelaziz Bouteflika, candidate in the presidential elections of 18 April 2019, on Sunday committed to organizing an early presidential election in accordance with the timetable set by the independent national conference, in the event of his re-election, and affirmed that “he would not be a candidate in this election that will ensure his succession.”

In a presidential candidacy message, which his campaign director, Abdelghani Zaalane, should read after submitting the candidacy file, Bouteflika said he was "determined" in the event of his re-election to "assume historical responsibility of meeting the people's fundamental requirement, i. e. the change of the system. I solemnly make several commitments before God and before the Algerian people.”

In this sense, he pledged to organize an early presidential election in accordance with the timetable set by the independent national conference.

“I commit not to standing as a candidate in this election, which will ensure my succession under undeniable conditions of serenity, freedom and transparency. The date of this early presidential election will be set by the national conference," President Bouteflika wrote in his message, in which he listed six commitments.

It thus undertake to “hold, just after the presidential election, an inclusive and independent national conference to debate, elaborate and adopt political, institutional, economic and social reforms, which should form the basis of the new system of renewal of the Algerian national state in line with the aspirations of our people. I also commit to drafting a new Constitution that establishes a new Republic and system, and to submitting it to the people for adoption through a referendum.”

The Head of State also referred to "a rapid implementation of public policies ensuring a fairer and more equitable redistribution of national wealth and the elimination of social marginalization and exclusion, including the scourge of Harga (illegal migration), as well as an effective national mobilization against all forms of corruption."

The other commitment made by the President consists in "taking concrete measures to make all our young people priority actors and beneficiaries in public life at all levels and in all spheres of economic and social development.” This commitment also includes "the revision of the electoral law, including the creation of an independent election organization mechanism tasked with the sole responsibility of holding elections.”

Speaking about his candidacy, he said that "a few days ago and in response to the requests of citizens, the political class and civil society, and with a view to fulfilling an ultimate duty in the service of our country and our people, I announced my candidacy for the presidential election. Algeria is the greatest honour that has been bestowed upon me throughout my life.”

"I urge you to write together a new page in our history by making the electoral deadline of 18 April the birth certificate of a new Algerian republic sought by the Algerian people," stressed President Bouteflika.

With regard to the popular demonstrations on 22 February and 1 March, President Bouteflika "praised the civic-mindedness that characterized these demonstrations” and "the exemplary professional behaviour of the various security forces.”

"I also welcome the attitude of all our fellow citizens who preferred to express their opinions on the polling day through the ballot box. Finally, I would like to commend the People's National Army (ANP) for its mobilization under in the fulfillment of their constitutional missions.”

"I pledge that I will not allow any force, political or economic, to divert the destiny and wealth of our nation to the benefit of personal interests or occult groups," wrote the Head of State.  

"I listened and heard the cry from the hearts of the demonstrators and in particular the thousands of young people who questioned me about the future of our country. These young people, many of whom are of the age of dignity and generosity that I had when I joined the ranks of the glorious National Liberation Army, have expressed understandable concern about uncertainties.”

 

Sunday, 03 March 2019 20:40
 

ALGER - Le Président Abdelaziz Bouteflika a annoncé dimanche qu’il initierait "dès cette année", s’il est élu, une conférence nationale inclusive qui aurait pour objectif l’élaboration d’une "plateforme politique, économique et sociale", voire "proposer un enrichissement approfondi de la Constitution".

"Toutes les forces politiques, économiques et sociales" du pays seraient conviées à cette conférence destinée à dégager un "consensus sur les réformes et les changements que notre pays devra engager", précise-t-il dans son message à la nation annonçant sa candidature à la présidentielle d’avril 2019.

Outre l’élaboration de cette plateforme, la conférence nationale "pourra proposer un enrichissement approfondi" de la constitution dans "le respect de ses dispositions relatives aux constantes nationales, à l’identité nationale et au caractère démocratique et républicain de l’Etat".

Les conclusions qui émaneraient de cette conférence lui seront soumises à l’effet de les faire concrétiser par "les voies appropriées".

Ces objectifs, considère-t-il, ne peuvent véritablement être atteints "que si nous travaillons à améliorer la gouvernance aussi bien dans les institutions et administrations de l'Etat que dans le secteur des entreprises publiques et privées".

D'où "l'intérêt particulier que nous devons absolument accorder à l'émergence aux postes de responsabilité et de gestion d'une ressource humaine de qualité, formée, qu'il faut absolument encourager et protéger".

Les réalisations accomplies jusque là, argue-t-il, "demeurent à parfaire" pour "rétablir et consolider" la confiance des citoyens dans les institutions.

Cet objectif nécessite également des "réponses plus adaptées aux aspirations de notre jeunesse" qui, parfois, se tient loin de la vie politique et dont certains éléments choisissent même de recourir à des tentatives d'exil, extrêmes et suicidaires". 

Aussi, envisage-t-il de faire "assurer une présence plus forte des jeunes dans les instances exécutives et dans les assemblées élues, pour définir et mettre en œuvre des réponses à leurs attentes".

 

Etat de droit, bonne gouvernance et justice sociale

Le projet global vise également à "raffermir l'Etat de droit et la bonne gouvernance" et "conforter un développement économique fondé sur la justice sociale et l'affirmation d'une économie nationale d'initiative, productive et compétitive.

Pour atteindre ces objectifs, M. Bouteflika juge qu’il "faut d'abord vaincre le fléau de la bureaucratie grâce à une modernisation et à une décentralisation accrue de l'administration publique" et  aussi accroitre "la contribution des citoyens à la gestion des affaires locales à travers la mise en place de mécanismes de démocratie participative".

Quant au raffermissent de l'Etat de droit, il s’agit surtout de «consolider l'indépendance » de la Justice et assurer « une plus grande mise en œuvre» de ses décisions. De même, plaide-t-il, il faudra « progresser davantage» dans la lutte contre la corruption par le « renforcement des organes » chargés de cette mission ainsi que par une « plus grande implication de la société civile dans ce combat ».

Au plan économique, M. Bouteflika soutient que « tous les changements nécessaires » devraient être introduits « sans dogmatisme aucun » et incluraient les secteurs publics et privés nationaux et les partenaires étrangers, avec comme « seule référence, l'efficacité et la performance, la création d'emplois et l'augmentation des revenus du pays ».

Dans le domaine social enfin, les principes de justice et d'équité sont des « constantes nationales » dont la concrétisation nécessitera des « mises à niveau pour améliorer le pouvoir d'achat des citoyens et garantir la pérennité de notre système de protection sociale ».

Concluant ces « quelques réflexions sur les contraintes et les exigences » auxquelles l’Algérie devra faire face,  le président-candidat Bouteflika, en appelle « à faire prévaloir tout ce qui rassemble sur ce qui nous différencie les uns des autres dans le respect du pluralisme des visions ».

 

Dimanche, 10 Février 2019 13:52

بمناسبة  يناير 2969، يسعدني أن أتقدم باسمي الخاص وباسم كافة موظفي سفارة الجزائر ببريتوريا بأحر التهاني وأخلص التمنيات بالسعادة والهناء لأفراد الجالية الجزائرية بجنوب أفريقيا، بوتسوانا وليسوطو، ولوطننا المزيد من الخير والازدهار

كل عام وأنتم بخير

 

Ilmend u-seggass amaynuth  Yennayer 2969, Nsaram i-yal adzayri izedɣn dhi thmura South Africa, Botswana awk dhe Lesotho, azul ahmayen  dhusseggas asaεdhi Luk Dhelkhir Ithmurthenagh

Asseggas ameggaz

 

 

On the occasion of Yennayer 2969, I am pleased to extend on my own behalf and on behalf of all the staff of the Embassy of Algeria in Pretoria our warmest congratulations and best wishes of happiness and prosperity to the Algerian community in South Africa, Botswana and Lesotho, as well as progress and prosperity to our country

Happy New Year

 

السفير عبد الناصر بلعيد

ALGIERS- Housing sector was marked in 2018 by a diversification in the offer with new options adapted to the needs and resources of citizens and the opening of the public promotional housing (LPP) programme to national community abroad.

Since 2018, the members of the national community abroad have been granted the right to get access to housing through the LPP programme.

In late December 2018, the number of Algerian appliers based in 93 countries has reached 20,038.

A total of 2,247 housing units, in 14 provinces, were built in a first stage for such appliers, and the operation has been extended to other parts of the country.

In this respect, Minister of Housing, Abdelwahid Temmar, met the members of the national community in four French cities (Paris, Lille, Lyon and Marseille), in London (Great Britain) and New York (United States).

Foreign Minister Abdelkader Messahel, for his part, met the members of the national community in Belgium and Luxembourg.

In addition, Information days on the LPP housing programme were organized in 2018 for the Algerian community in Saudi Arabia and the United Arab Emirates. 

 
Tuesday, 01 January 2019 15:45
Photo : APS
 

ALGER - Le Conseil des ministres s'est réuni, jeudi à Alger, sous la présidence du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et a rendu public un communiqué dont voici le texte intégral : "Son Excellence, Monsieur Abdelaziz Bouteflika, président de la République, a présidé ce jeudi 27 décembre 2018, correspondant au 19 Rabie Ethani 1440, une réunion du Conseil des ministres.

Le Conseil des ministres a entamé ses travaux par l'examen et l'approbation du projet de loi relative aux activités spatiales. Le domaine de l'espace revêt une importance stratégique et l'Algérie est signataire de trois traités internationaux imposant des obligations aux Etats par rapport à l'exploration de ce domaine.

De plus, notre pays est désormais un acteur dans l'espace, avec la création de l'Agence spatiale algérienne (ASAL) ainsi que le lancement de trois satellites d'observation et de communications.

C'est donc à ce titre que notre pays entend se doter d'une législation relative aux activités spatiales. Le projet de loi adopté par le Conseil des ministres dispose notamment que les activités spatiales sont du monopole exclusif de l'Etat. Il institue également l'obligation d'immatriculer les objets spatiaux lancés par notre pays.

Le texte édicte aussi la responsabilité de l'Etat en cas de dommage découlant des activités spatiales, ainsi que les mesures à prendre en cas de retombée d'objet spatiaux sur le sol national. Le Conseil des ministres a poursuivi ses travaux par l'examen et l'adoption d'un projet de loi complétant la loi de 2006 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption.

Ce texte a été élaboré pour mettre la législation en concordance avec la Constitution révisée en 2016, qui a codifié et enrichie les missions de l'Organe national de prévention et de lutte contre la corruption. Dans ce contexte le projet de loi explicite et conforte les missions et attributions de cet Organe.


Lire aussi : Le Président Bouteflika signe la Loi de finances 2019


Le projet de loi prend également en charge les recommandations faites par l'instance spécialisée des Nations unies à la suite de l'évaluation de la politique algérienne de prévention et de lutte contre la corruption, une évaluation qui a été conclue positivement.

A ce titre, le projet de loi énonce notamment: -i- La création d'un pôle pénal financier à compétence nationale, chargé des affaires financières complexes dont celle relative à la corruption. Ce pôle est rattaché au tribunal d'Alger Sidi-M'hamed, -ii- La protection légale des dénonciateurs de faits de corruption y compris au niveau de leur environnement professionnel.

Ce moyen supplémentaire de lutte contre la corruption sera mis en œuvre en même temps que les cadres gestionnaires demeureront protégés par les dispositions du Code de procédure pénal qui subordonne l'ouverture de toute information judiciaire au dépôt d'une plainte par les organes sociaux de l'entreprise ou de l'administration ayant subi le dommage, -iii- La création d'une Agence nationale de gestion des avoirs issus des infractions de corruption.

Ce mécanisme permettra la conservation des avoirs liés aux affaires de corruption qui sont placés sous séquestre judiciaire en attendant le jugement ou qui sont saisis par décision de justice.

Intervenant à l'issue de l'adoption de ce projet de loi, le président Abdelaziz Bouteflika a salué ce renforcement de la législation de prévention et de lutte contre la corruption, un fléau universel qui n'épargne pas notre pays.


Lire aussi : Corruption: vers la création d'un pôle pénal financier à compétence nationale


A ce titre, le Chef de l'Etat a noté avec satisfaction que la revue consacrée par les instances compétentes des Nations unies à la politique algérienne de lutte contre la corruption a débouché sur le constat que notre pays se situe parmi les Etats les plus engagés dans ce domaine.

Le Président de la République a conclu ses remarques sur ce dossier "en invitant tous les acteurs de la société à concourir à la politique de prévention de la corruption en rapportant ces faits lorsqu'ils sont établis, de sorte à permettre à la justice d'intervenir avec les moyens efficaces mis à sa disposition pour appliquer la loi qui réprime sévèrement ce fléau".

Le Conseil des ministres a également examiné et adopté un projet de loi relative aux activités nucléaires civiles.

L'Algérie est, de longue date, l'un des Etats ayant ratifié le Traité sur la Non prolifération des armes nucléaires. Elle a également adhéré graduellement à l'ensemble des Conventions élaborées par les Nations unies sur le nucléaire.


Lire aussi : Adoption d'un projet de loi relative aux activités nucléaires civiles


Le projet de loi relative aux activités nucléaires couronnera donc cette démarche et balisera le terrain pour une meilleure mise en valeur de l'énergie nucléaire dans divers domaines de la recherche scientifique, notamment médicale.

A cette fin, le texte offre un ancrage juridique à plusieurs aspects liés aux activités nucléaires pacifiques, notamment (i) la réglementation des différentes activités liées à l'utilisation des matières nucléaires et des sources de rayonnement ionisants, ainsi qu'à la gestion des déchets radioactifs, (ii) la définition des règles et prescriptions de sureté nucléaire et de radioprotection, (iii) la mise en œuvre des garanties de non prolifération nucléaire en application des obligations découlant de nos obligations internationales en la matière, (iv) la transposition dans la loi nationale des dispositions des traités et conventions pertinents ratifiés par notre pays, (v) et la définition des sanctions pénales applicables aux infractions à la législation sur les activités nucléaires pacifiques.

La mise en œuvre du projet de loi sera assurée par un ensemble d'organes et de conseils, avec au premier chef, une Autorité nationale de sureté et de sécurité nucléaires.

Le Conseil des ministres a, par la suite, examiné et adopté un projet de loi amendant la législation en vigueur relative à l'activité de médecine vétérinaire et à la protection animale. Cet amendement est destiné à offrir une meilleure assise à l'encadrement de la profession de médecins vétérinaires qui totalise déjà 20.000 intervenants dont 3.000 sont des fonctionnaires exerçant au niveau d'organes publics de contrôle.

A ce titre, le projet de loi énonce l'ancrage légal pour la création d'un Ordre National des vétérinaires, en même temps qu'il définit ses missions, son organisation étant renvoyée au domaine réglementaire.


Lire aussi : Adoption d'un projet de loi régissant l'activité de médecine vétérinaire et la protection animale


Dans le même temps, le texte subordonne à l'avenir, la délivrance de l'autorisation administrative d'exercice de la médecine vétérinaire et de la chirurgie des animaux, à une inscription préalable au tableau de l'Ordre National de cette profession. Par ailleurs, le Conseil des ministres a examiné et adopté un projet de loi portant amendement de la Loi fixant les règles générales relatives à l'aviation civile.

Cet amendement instituera une Agence Nationale de l'Aviation Civile. Il s'agit là d'une recommandation de l'Organisation de l'aviation civile internationale qui invite les Etats membres à se doter d'une instance autonome pour la gestion de la sureté et de la sécurité de l'aviation civile.

L'avènement d'une Agence Nationale de l'Aviation Civile permettra aussi à notre pays de renforcer les capacités humaines et les ressources financières qui seront dévolues à la gestion de la sureté et de la sécurité de l'aviation civile, mission actuellement prise en charge par une direction du Ministère chargé des transports.

Enfin, le projet de texte introduit le métier d'évacuation sanitaire dans la nomenclature des activités de l'aviation civile autorisées dans notre pays. Poursuivant ses travaux, le Conseil des ministres a examiné et adopté une série de décrets présidentiels validant des contrats ou avenants à des contrats relatifs à l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures.

Ces textes concernent une série de gisements en exploration ou en exploitation par la SONATRACH avec ses partenaires étrangers qui sont respectivement, TOTAL, ENI, EQUINOR (ex-STATOIL), et PERTAMINA.

Par ailleurs, le Conseil des Ministres a également validé, conformément à la loi, deux opérations de déclassement de terres agricoles, liées à la réalisation d'un important investissement d'exploitation et de transformation de phosphates à l'Est du pays, dans le cadre d'un partenariat algéro-chinois.


Lire aussi : Projet de phosphate de Tébessa : déclassement de terres agricoles


Le premier déclassement concerne 496 hectares de terres agricoles de faible rendement, répartis à travers les wilayas d'El Tarf, Guelma, Souk Ahras et Tébessa, pour le dédoublement et la modernisation sur 394 kilomètres, de la voie ferrée minière, allant du gisement phosphatier dans la wilaya de Tébessa au port de Annaba.

Le second déclassement concerne 4,5 hectares de terres agricoles inexploitées et constituées de maquis, dans la commune de FILFILA (wilaya de Skikda). Cette assiette foncière accueillera une station de dessalement d'eau de mer, d'une capacité de 70.000 mètres cubes jour, destinée notamment à deux unités de production d'engrais dans la zone de HADJR SOUD (wilaya de Skikda).

Le Conseil des Ministres a achevé l'examen de son ordre du jour par l'adoption de décisions individuelles relatives à des emplois supérieurs civils. Enfin, le président Abdelaziz Bouteflika a saisi cette occasion pour adresser au peuple algérien ses meilleurs vœux de santé, de bonheur, de progrès et de sérénité pour l'année 2019".

 

Jeudi, 27 Décembre 2018 18:59

Alger, la Mecque des révolutionnaires 1962-1974

Algérie : Objectifs du Millénaire pour le Développement (Rapport National 2000-2015)

Algeria - South Africa

African Investments and Business Forum : Algiers Meeting 3 to 5 December 2016

African Investments and business forum

Algerian Exporters Directory

 

*

Investment opportunities in Algeria

Go to top